bspp
Impressionnante collision dans le nord des Bouches-du-Rhône
Le 27 avril, trois personnes ont été blessées dans une collision sur la commune de Noves dans le nord des Bouches-du-Rhône ...
Arles : sauvetage de 7 personnes sur un manège
Le 22 avril, les sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône ont procédé au sauvetage de plusieurs personnes bloquées sur un manège en panne, à Arles ...
Incendie dans des bâtiments désaffectés à Villejuif
Le 19 avril, les sapeurs-pompiers de Paris ont été engagés pour un feu d’entrepôt, à Villejuif (Val-de-Marne) ...
18/04/2017
Gard : une campagne contre l’abus des appels d’urgence
Depuis le 18 avril, les sapeurs-pompiers du Gard font de la pédagogique auprès de la population gardoise pour éviter de ne pas abuser des appels d’urgence. © Sdis 30
Le 18 avril, une campagne demandant aux citoyens de ne pas abuser des appels d’urgence a été lancée par les sapeurs-pompiers Gard, avec de nombreux visuels.

Le 18 avril, les sapeurs-pompiers du Gard ont lancé une campagne demandant aux citoyens de ne pas abuser des appels d’urgence. Les sapeurs-pompiers répondent 24h/24 aux demandes de secours de la population. En 2016, ce sont ainsi plus de 190 000 appels de secours reçus au centre de traitement de l’alerte, soit un appel toutes les 2 minutes et 45 secondes. Quelque 55 400 missions ont été effectuées sur l’ensemble du territoire gardois. Depuis quelques années, ce nombre d’appels reçus augmente régulièrement, pour le secours à personnes en général, pour l’assistance aux personnes en particulier, la notion de secours n’ayant pas la même signification pour l’ensemble des citoyens.

A travers quelques visuels simples et clairs, les sapeurs-pompiers gardois souhaitent aujourd’hui sensibiliser les Gardoises et les Gardois sur l’importance de ne pas abuser des numéros d’urgence 18/112. Le citoyen est le premier acteur de sa sécurité. Il est attendu qu’il prenne conscience que l’appel aux sapeurs-pompiers pour des situations non urgentes, ne doit pas être systématique. L’urgence se caractérise en particulier par la notion de danger immédiat auquel doit faire face la victime ainsi que par le risque d’aggravation rapide de la situation si aucune action n’est menée. Mobiliser les sapeurs-pompiers sur une situation pour laquelle l’urgence n’est pas avérée diminue la disponibilité des secours et peut engendrer du retard dans leur engagement par ailleurs. L’arrivée aux services d’urgences avec une ambulance des sapeurs-pompiers ne rend pas la prise en charge plus rapide, les priorités étant déterminées par l’état de la victime. Une personne blessée ou malade, sans notion d’urgence, peut attendre ou être accompagnée à l’hôpital sans nécessairement faire appel à une ambulance des sapeurs-pompiers.

Plus d'information sur : www.sdis30.fr/Pages/N'abusez-pas-du-112-!.aspx

©
© -